Le Duc d'Aumale, dernier propriétaire, a eu une vie trépidante. Il est décédé le 7 mai 1897, veuf et sans enfants vivants.

En 1830, le duc d’Aumale, alors âgé de huit ans, hérite du Domaine de Chantilly et de l’immense fortune de son parrain Louis-Henri-Joseph de Bourbon, dernier prince de Condé.

Il devient ainsi l’un des plus importants propriétaires fonciers de France et n’aura de cesse tout au long de sa vie de rendre hommage à ses ancêtres et prédécesseurs. Etudiant au collège Henri IV, promis à un brillant avenir, le prince s’oriente vers une carrière militaire. Le duc d’Aumale fait ses premières armes dès 1840 en Algérie, s’illustre en mai 1843 lors de la prise de la Smalah d’Abd el Kader et devient gouverneur général de l’Algérie en 1847.

Sa fonction ne lui fait pas oublier Chantilly pour autant. Sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), peu après son mariage avec Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, il fait décorer ses appartements privés de Chantilly par Eugène Lami, élever une galerie de bois pour les desservir par l’architecte Duban, et projette de reconstruire le "grand château" mais il doit quitter la France après la Révolution de 1848 qui abolit la monarchie.

Exilé de 1848 à 1871 à Twickenham, près de Londres, il fait sienne la devise : "J'attendrai". Considéré comme le plus grand collectionneur de son temps, le duc d’Aumale entouré de conseillers compétents constitue une fabuleuse collection de livres précieux, de tableaux et d’objets d’art dont il projette d'enrichir le domaine familial de Chantilly dès son retour en France.

A son retour en 1871, veuf et ayant perdu ses deux fils de 18 et 21 ans, il fait reconstruire le "grand château" (qui avait été détruit en 1799 pendant la Révolution) par l’architecte Honoré Daumet de 1875 à 1885, afin d’y exposer ses précieuses collections.

Puis il entame une carrière politique en devenant député de l’Oise en 1871 et entre à l’Institut de France comme membre de l’Académie française, de l’Académie des Beaux-Arts, de l’Académie des Sciences morales et Politiques.

Sans descendants directs, il lègue le domaine de Chantilly et ses précieuses collections en 1886 à l’Institut de France sous réserve qu'à sa mort, le musée Condé soit ouvert au public, que sa présentation soit préservée et que les collections ne puissent être prêtées.

Le 7 mai 1897 le duc d’Aumale meurt dans sa propriété du Zucco en Sicile. Conformément à sa volonté le domaine a ouvert ses portes au public le 17 avril 1898 sous le nom de "musée Condé".

La présentation des collections est restée inchangée, le château apparaît ainsi tel qu’il était au XIXe siècle, l’occasion d’entamer un voyage dans le temps en plein cœur d’une demeure princière.

 

Voici ce qu'il dit dans son testament

 

« Voulant conserver à la France le domaine de Chantilly dans son intégrité, avec ses bois, [...], ses édifices et ce qu’ils contiennent, trophées, tableaux, livres, archives, objets d’art, tout cet ensemble qui forme comme un monument complet et varié de l’art français dans toutes ses branches et de l’histoire de ma patrie à des époques de gloire, j’ai résolu d’en confier le dépôt à un corps illustre [...] qui, sans se soustraire aux transformations inévitables des sociétés, échappe à l’esprit de faction, comme aux secousses trop brusques, conservant son indépendance au milieu des fluctuations politiques. »

« Cette maison que j'ai bâtie, où j'ai vécu, je veux qu'elle disparaisse avec moi. Non qu'elle soit démolie ni transformée radicalement (...). Aspect extérieur, silhouette, disposition générale, rien ne sera changé, mais ce ne sera plus une maison. Nul n'y habitera, hors le personnel de service dans les logements prévus par moi et aménagés selon mon désir. Ne subsisteront que la chambre de ma femme et la mienne (...). Le château ne sera plus qu'un musée et un lieu de travail. Je veux qu'y aient accès tous ceux qu'attirent des collections, des archives, une bibliothèque dont je ne crois pas qu'elles soient médiocres ».

(Le duc d'Aumale cité par R.Burnand, op.cit, p. 210 et 211).

 

Je vous amène visiter l'intérieur puis les appartements privés du duc d'Aumale.

 

Dans le hall, le grand escalier.

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Nous faisons connaissance avec le grand Condé

Château de Chantilly (2)

Les salles ont été très bien remeublées

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Les chinoiseries attirent mon oeil. Quel travail !

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

C'est un véritable musée où le duc d'Aumale a vraiment agrandi le bâiment pour abriter ses collections.

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Nous arrivons dans la gigantesque et magnifique bibliothèque.

Ce lieu emblématique dédié au livre et à l’histoire conserve près de 60 000 volumes, environ 8 000 cartes et plans, 80 000 lettres dans le fonds précieux des archives.

Sa collection de manuscrits enluminés est la plus importante en France après celle de la BnF.

La bibliothèque et les archives du château de Chantilly conservent les riches collections d’ouvrages et de documents écrits réunies au cours des siècles par les seigneurs de Chantilly, membres des familles de Montmorency et de Bourbon-Condé, comme celles acquises par le duc d’Aumale au XIXe siècle.

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Il y a des peintures partout !!! Et interdiction de les déplacer comme vous l'avez lu en début de billet.

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Nous pouvons admirer des Raphaël

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Et je découvre même un drapeau français à pattes ;-)

Château de Chantilly (2)

Des peintures, des peintures....

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

De nombreuses vitrines présentent ensuite les dentelles de Chantilly et ses porcelaines.

Les dentelles étaient généralement noires et faites de soie naturelle.

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Voici le Duc d'Aumale. Il a déjà un certain âge.

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Nous arrivons dans la chapelle, chapelle où sont enterrés les Condé.

Le Duc d'Aumale a exigé également dans son testament que des messes commémoratives soient données dans cette chapelle à des dates fixes et à perpétuité pour célébrer des anniversaires ainsi que les dimanches et des dates de fêtes.

 

La chapelle est composée d'une chapelle principale

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Et de la chapelle des Condé située juste derrière cet autel.

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

Avant de visiter le jardin anglais et le hameau, nous participons à une visite guidée des appartements privés du Duc d'Aumale.Ils sont encore "dans leur jus".

Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)
Château de Chantilly (2)

La baignoire, très moderne pour l'époque

Château de Chantilly (2)

Cette superbe pièce vient d'être restaurée à l'identique. Ca pète ! Et cela tranche avec d'autres pièces dont la décoration, les rideaux datent encore du 19ème siècle.

Château de Chantilly (2)

Un regard sur les grandes écuries et le musée du cheval que nous avons également visité.

 

Et je vous laisse là pour la visite du Domaine de Chantilly.

 

Belles vacances

Château de Chantilly (2)
Tag(s) : #Oise