Nous quittons ce matin la Norvège. Snif et re snif.

Nous prenons le ferry à 8 heures. Nous l'avons réservé cet hiver. Cela a d'ailleurs été un peu compliqué. Je vous raconte.

Une fois l'itinéraire préparé, nous nous sommes dit qu'il fallait réserver 2 ferries pour lesquels nous risquions de trouver du monde et d'avoir beaucoup attendre : celui qui va de Bodø aux îles Lofoten et le dernier de Kristiansand à Hirstals (Danemark). Après avoir aisément réservé le premier, pour celui de Kristiansand il a fallu s'y reprendre à plusieurs reprises.

Il y a 2 ferries en journée pour rejoindre le Danemark, un avec une compagnie et un avec une autre.

Nous tentons de réserver,en fin d'année, avec la première compagnie mais les réservations sont fermées. Rendez vous en février. Mi février, toujours rien. Lorsque je me reconnecte fin février, impossible de réserver, j'ai systématiquement un message d'erreur. Après 2 jours d'essais, je tente une réservation fictive sans la voiture et là, cela fonctionne. J'ai donc compris qu'il n'y avait déjà plus de place pour le véhicule.

Nous nous sommes alors empressés de réserver le trajet avec l'autre compagnie. Ouf, nous pourrons rentrer à la date prévue.

Mais revenons à notre départ de Norvège.

Comme nous sommes à environ 1400 km de la maison, nous avons prévu de faire une étape sur le retour. Pour nous une étape, cela veut dire que nous recherchons lorsque c'est possible, une ville à découvrir et qui est  située à proximité de notre itinéraire.

 

Pour cette étape, nous n'avons pas cherché longtemps car nous savions que Lübeck ( encore une ville hanséatique) serait sur notre parcours. Je crois que l'on peut même retenir la préméditation votre Honneur ;-)

 

Il est vrai qu'en faisant seulement un arrêt dans cette ville, nous savions que nous n'aurions pas le temps de voir tout ce que nous souhaitions. Mais ce n'est pas grave. Comme je le dis souvent : tout ce qui est pris n'est plus à prendre !

 

 

Lübeck (Allemagne)

Nous arrivons vers 16 heures à Lübeck, nous déposons nos bagages dans le petit hôtel que nous avons réservé et nous filons à la découverte de la belle.

 

 

Un peu d'histoire :

 

Lübeck est LA ville où la Hanse a vu le jour. Au 14 ème siècle, elle était la capitale de la Ligue hanséatique et la deuxième ville d'Allemagne derrière Cologne.

Lübeck dominait la majeure partie du commerce sur la Baltique.

Le déclin de la Ligue hanséatique diminua l'importance de la ville, qui est restée un centre commercial.

Depuis 1987, la Reine de la Hanse comme on la surnomme, est classée au Patrimoine Mondial de l'Humanité

Allez, en route pour découvrir tous ces bâtiments en briques qui font le charme de Lübeck.

Lübeck (Allemagne)

Nous arrivons sur la place du marché où le magnifique hôtel de ville se dresse face à nous.

Cet édifice est très original.

On s'en rend compte sur cette vieille carte postale : construit à partir de 1250, il est formé de 2 bâtiments à angle droit. L'un gothique en briques, à pignon et clochers pointus et l'autre ajouté en 1570, de style Renaissance.

Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)

Les hauts murs-boucliers sont ajourés d'arcatures ou de grandes ouvertures rondes qui décorent la façade.

Lübeck (Allemagne)

Malheureusement, côté de l'aile Renaissance, à l'arrière du bâtiment, un échafaudage gache un peu la vue. Il faut bien restaurer !

Lübeck (Allemagne)

Nous entrons ensuite dans un petit bijou : l'église Sainte Marie (Marienkirsche). C'est l'une des plus belles églises gothique en briques d'Allemagne

Lübeck (Allemagne)

Nous sommes impressionnés par sa perspective remarquable et la couleur claire qui tranche avec la couleur des briques.

Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)

Après l'incendie de 1942 dont je parle plus bas, des peintures du 13 ème et 14 ème siècle ont été mises à jour.

Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)

Elle est dotée d'une superbe horloge astronomique.

Lübeck (Allemagne)

et un superbe retable

Lübeck (Allemagne)

En 1942, Lübeck fut massivement bombardée par la Royal Air Force. Une première pendant la seconde guerre mondiale. L'église n'échappa pas aux bombardements. Dans la tour sud de l'église, les 2 cloches tombées pendant le bombardement restent enfoncées dans le sol.

Lübeck (Allemagne)

Nous partons en direction de la porte de Holsten (Holstentor). Cette porte fortifiée fut érigée entre 1469 et 1478 en avant des murs d'enceinte de la ville. Plus qu'une porte de défense, elle fut élevée comme un édifice de prestige.

Lübeck (Allemagne)

A proximité, le long de la rivière Trave, d'anciens batiments s'alignent harmonieusement.

Lübeck (Allemagne)

Les quais en cette saison donnent une envie de flâner et de se poser en terrasse. Mais nous ne nous arrêterons pas car nous voulons encore voir beaucoup de choses.

Lübeck (Allemagne)

Nous retrouvons avec plaisir toute cette architecture hanséatique que nous aimons tant.

Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)

Les belles façades ne sont pas toujours bien droites ;-)

Lübeck (Allemagne)

La ville dégage une quiétude et une douceur de vivre que nous rencontrons très souvent en Allemagne.

Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)

Voilà de belles maisons hanséatiques comme nous avons pu en voir dans les pays baltes à Riga ou Tallinn.

Lübeck (Allemagne)

La ville est dépaysante vous ne trouvez pas ? Sommes nous aux Pays Bas, à Bruges ????

Quel charme !

Lübeck (Allemagne)

Nous arrivons près de la magnifique cathédrale qui est lotie dans un écrin de verdure.

Je craque sous le charme de la belle. De style roman, elle fut bâtie en 1173, puis agrandie de 1276 à 1335.

 

 

Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)

Vite entrons !

Ce n'est pas possible, ses portes sont closes. Elle a fermé 15 minutes avant notre arrivée.

Vous pouvez voir tout de même l'intérieur sur un autre blog, celui de Papé.

Cela donne des regrets quand même.....

Les deux tours de la cathédrale culminent fièrement à 120 mètres de hauteur.

Lübeck (Allemagne)

En cette fin de journée, les ruelles sont tranquilles

Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)

Par endroit, de petits passages donnent sur des cours très bien aménagées

Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)

Tiens, c'est marrant. Ce petit diable de Rolf Goerler trône devant l'église Sainte Marie. Le diable devant une église, il fallait oser.

Lübeck (Allemagne)

Nous remontons la GlockengieBerstraBe où des logements à caractère social ont été aménagés par de généreux notables. Au 23, on peut voir un beau porche baroque de 1639. Pas mal pour des logements sociaux !

Lübeck (Allemagne)

Nous passons ensuite devant la maison de Willy Brandt , l'ancien chancelier natif de Lübeck mais la maison est fermée à cette heure. Nous faisons également l'impasse sur la maison  de Günter Grass, le fameux réalisateur du film le Tambour. Il est trop tard pour faire ces visites. 

 

Nous filons dîner dans une véritable institution : Schiffergesellshaft. Cette auberge de 1535 était la maison de la corporation des marins. On y sert des plats typiques allemands dans une vraie ambiance ... allemande, avec de grandes tablées.

Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)
Lübeck (Allemagne)

Lorsque nous sortons, la lumière est différente et elle donne des façades plus rougeoyantes.

Voici le bel hospice du Saint Esprit du 13 ème siècle.

Lübeck (Allemagne)

Nous arrivons au Burgtor. Cette porte était le seul accès terrestre de Lûbeck. Cette réalisation d'art militaire date du 13 ème et 15 ème siècle.

Lübeck (Allemagne)

Nous terminons la promenade dans une grande fête au bord de l'eau  où la bière locale coule à flot. Mais nous sommes raisonnables car le lendemain, il nous faudra rouler.

 

Lübeck ne nous a pas déçue et ces quelques heures où nous l'avons sillonnée nous ont enchantées. Certes, elle aurait mérité plus d'attention mais ce sera peut-être pour une autre visite.

 

Voilà, le périple de cet été est terminé.

 

Je publierai nos bons plans et bonnes adresses dans mon prochain billet car je sais que certains lecteurs sont demandeurs.

Tag(s) : #Allemagne, #Europe